image title

les défis qui se posent au métier de traducteurs : la pénurie de ressources humaines et le manque de qualification

La mondialisation et l'accélération des transactions commerciales à l’échelon mondial ont entraîné une croissance impressionnante des services de traduction. Selon EUATC (European Union of Associations of Translation Agency), le secteur de la traduction devrait connaître une croissance d'environ 5% par an dans un avenir prévisible. Avec ses deux langues officielles, le Maroc est un bon exemple d’un important marché de la traduction, où les traducteurs nationaux servent non seulement le marché national, mais également les clients internationaux. Les ressources humaines spécialisées au Maroc sont trop rares pour faire face à cette augmentation considérable du besoin national en traduction. Le secteur aurait besoin en moyenne de 1 000 nouveaux professionnels chaque année pour soutenir la croissance de la demande; cependant, Cependant, les universités Marocaines ne produisent encore que 300 traducteurs environ par an (AUFC, 2005).

Apparemment, cette pénurie de ressources qualifiées n’est pas un problème propre au Maroc. Après sa réunion annuelle internationale sur les langues, les arrangements, la documentation et les publications, tenue à Paris en juin 2010, les Nations Unies (2010: 1) ont publié une déclaration qui se lit comme suit: Sans une nouvelle génération de linguistes qualifiés et formés avec les compétences linguistiques nécessaires, les organisations internationales ne pourraient pas mener à bien leurs tâches principales.

En raison de l’utilisation des nouvelles technologies, les processus se sont accélérés dans tous les domaines de l’activité humaine. La traduction ne fait pas exception. Depuis plus d'un demi-siècle, les traducteurs s'appuient sur les technologies de l'information pour respecter les délais serrés et fournir des prestations de qualité irréprochable.

Au XXIe siècle, les fournisseurs de services linguistiques peuvent tirer parti  des outils de traduction automatique (TA) ou de traduction assistée par ordinateur (TAO), afin d’augmenter leur productivité.

En bref, les organisations mondiales et les entreprises multinationales ont accru leurs besoins en traduction, afin d’être présents sur les marchés mondiaux, mais ils manquent de ressources humaines qualifiées pour répondre à ces besoins. Il existe des outils qui automatisent partiellement le processus de traduction, mais les effets de ces outils sur la productivité de chaque traducteur sont encore flous.

Le métier de traducteur enregistre actuellement de profondes mutations

L’une de ces mutations étant l’usage répandu des outils de traduction. Cependant, l’utilité de ces outils est souvent perçue négativement par les traducteurs eux-mêmes; dans le même temps, les organisations ne parviennent souvent pas à élaborer un plan détaillé pour la mise en œuvre de ces  outils. Par conséquent, Il peut s'avérer très utile de se poser la question suivante : Comment les systèmes d’information linguistique doivent-ils être mis en place dans les organismes fournisseurs de services linguistiques, à la fois pour soutenir les processus de production et pour maintenir le bien-être professionnel ainsi que la motivation des professionnels qui sont appelés à utiliser ces systèmes d’information?

agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction à Casablanca agence de traduction Maroc agence de traduction Maroc agence de traduction Maroc agence de traduction Maroc agence de traduction Maroc agence de traduction Maroc

Share Post

Laissez un commentaire.